Accueil Rétrospective

Qui est en ligne ?

Nous avons 4 invités en ligne

Accès Membres



1996 - Notre équipe francilienne s'est mise en place très sérieusement

Elle s'est réunie fréquemment pour :

  • Rédiger les premiers supports de communication ;
  • Définir une stratégie d'ouverture en Ile de France ;
  • Former les membres du bureau et les membres actifs aux responsabilités et compétences associatives - Maison des associations de Paris ;
  • et d'avril à décembre, nous avons participé ou animé des manifestations présentant quelques aspects du patrimoine tchadien aux franciliens, tous les mois.

1997 - Renforcement de notre stratégie d'ouverture

Il était nécessaire de se faire connaître en Ile de France pour partager les meilleures pratiques et mutualiser les efforts :

  • en rencontrant les autres associations travaillant en direction du Tchad à partir de France ;
  • en participant à des émissions radiodiffusées francophones (Radios FM essentiellement) ;
  • en proposant de nouvelles manifestations "découverte du Tchad au franciliens"
  • en poursuivant la formation des membres actifs de l'association aux responsabilités de l'association loi 1901 ;

1998-99 - Ouverture internationale

L'intérêt de nos visiteurs pour le patrimoine tchadien - décidément méconnue - nous a conforté dans le désir d'établir la passerelle avec le Tchad, voir des associations d'Afrique Sub-Sahariennes partageant le même objectif. Nous avons souhaité trouver des partenariats ou des fonds pour développer nos projets au pays à travers les structures associatives existantes, maîtrisant chacune leur champ d'intervention  :

  • en lançant une première enquête pour recueillir les besoins des futurs bénéficiaires tchadiens ;
  • en participant à des émissions radios ou TV accessibles d'Afrique francophone (RFI, Africa N°1, TV5) ;
  • en participant à des manifestations de l'OIF en Europe - ainsi qu'aux tables rondes permettant de faire connaître la société civile tchadienne ;
  • en étant observateur au salon International de l'artisanat à Ouagadougou - Burkina Faso ;
  • en contribuant au Forum de la jeunesse à Moncton - Canada.

Notre bilan 1996-99 :

Ces quatres années furent formatrices, riches d'enseignements, de contradictions, d'ambitions et de renoncements : faire la part des choses entre les projets et leur faisabilité n'a pas été facile.

  • L'équipe a fait de nombreuses rencontres et a connu des départs aussi : la gestion de bénévoles est un exercice délicat pour les animateurs - qui acquièrent une nouvelle expertise, pour les membres du bureau - qui doivent protéger leur sphère privée, et pour les bénévoles enthousiastes - qui découvrent qu'eux aussi sont responsables de leurs actes individuellement.
  • Les manifestations ont été de grands moments de découverte pour chacun. Néanmoins, travailler à 100% avec la bonne volonté de chacun, du prêt de matériel, d'objets rares, d'ouvrages a été aussi chronophage et épuisant pour les organisateurs.
  • Nous avons souvent alimenté la caisse de l'association de nos fonds propres pour avancer encore un peu.
  • Nous avons grandi, ensemble et compris qu'une fois de plus l'argent reste le nerf de la guerre pour qu'un projet associatif - d'intérêt collectif - soit durable.
  • Mais surtout, l'intérêt pour le patrimoine du Tchad est réel et ses bénéficiaires directs en grande demande.
A ce stade, il s'avérait nécessaire de penser autrement l'action de Caravanes Sub-Sahariennes pour la promotion du patrimoine tchadien.

Cordialement