Accueil Notre équipe Les acteurs

Qui est en ligne ?

Nous avons 6 invités en ligne

Accès Membres



De 1996 à 2000 nous avons engagé l'ensemble de nos actions sur le bénévolat pour proposer des manifestations en Ile de France (parfois 40-60 personnes pour une manifestation).

Notre programme consistait à concevoir et organiser des manifestations en Ile de France, à lancer une campagne radiophoniques (Africa N°1, RFI, radios franciliennes) ou TV pour faire connaître le patrimoine du Tchad autrement. Ce fut parfois un véritable défi. En effet :

  • les heures de loisir de chacun sont rares,
  • notre niveau d'intervention a été professionnel,
  • la législation française en matière de sécurité pour un événement reste le même pour une association que pour une entreprise,
  • la gestion d'une association est un véritable métier,
  • le management d'équipes bénévoles donc changeante demande un talent différent, une formation à chaque action,
  • il n'y pas de rémunération à la clé donc le sens commun allié à la motivation individuelle étaient à entretenir en permanence.

Cette forme de management a néanmoins ces limites - qu'expérimentent la plupart des associations à leur début. Cela épuise littéralement la présidence et le cercle des actifs.

Nous avons pris une période de recul pour connaître les meilleures pratiques de management associatif. Malgré nos efforts pour présenter des dossiers originaux et solides, Ca-Su-Sa a été considéré trop jeune par les différentes commissions pour pouvoir bénéficier de subventions franciliennes ou européennes. Nos cotisations modestes ont permis un fonctionnement à petits pas... et l'essentiel c'est d'arriver au village en bonne santé.

Et pour que les mêmes personnes ne soient pas toujours sollicitées, pour que le temps de loisir personnel soit respecté, pour réduire la logistique et limiter les déplacements et frais accessoires, nous avons décidément opté pour la contribution à distance, à partir de l'Internet, du téléphone, du mail, etc.

Ce changement de management a été possible aussi parce que nous entrions dans une nouvelle phase de la vie de Ca-Su-Sa  : représenter la société civile du Tchad lors d'échanges internationaux sur les problématiques de TIC.

De 2001 à 2004, une équipe de travail bénévole restreinte a été suffisante pour mener les nouvelles actions, à distance majoritairement. Chaque bénévole est intervenu dans un domaine particulier, proche de son expertise professionnelle, aux horaires à sa convenance, sur Internet, pour :

  • participer à des forums en ligne,
  • participer à des conférences à Paris,
  • contribuer en Europe à des groupes de travail,
  • se déplacer pour voir des initiatives pilote dans le domaine,
  • s'informer sur les résultats de l'introduction des TIC dans les associations, dans des régions du monde présentant les mêmes problématiques.

Une véritable période de gestation, de veille technologique, a été nécessaire à la fondatrice pour trouver les moyens d'avancer sereinement vers l'objectif initial qui est de valoriser, à plus grande échelle, le patrimoine du Tchad. Pour cela le travail de chaque association tchadienne devrait être connu et encouragé autant que possible en ouvrant la toile.

En 2008-09 nous relançons les actions vers les associations tchadiennes au pays, forts de ce cheminement et des leçons tirés, des formations acquises - en privilégiant le gain de temps, le partage de l'information, la formation en ligne et le bénévolat à distance.

L'ère du numérique c'est dès aujourd'hui pour les associations tchadiennes, en tenant compte de leurs contraintes locales.